« Pourquoi chercher le Vivant parmi les morts ? »
Article mis en ligne le 17 avril 2022
dernière modification le 24 avril 2022

« Pourquoi chercher le Vivant parmi les morts ? »
En ce premier jour de la semaine, les femmes qui viennent au tombeau subissent un choc : le tombeau où le Christ a été déposé est vide !
Devant cette constatation, les femmes font exactement ce que les hommes ont fait dans la nuit de la Passion : elles ont peur et ont fui. La Résurrection produit le même effet que la Passion ! Jésus ressuscité continue d’échapper à la pleine compréhension des disciples, comme il a échappé au lieu qui lui fut assigné par la mort.
Au fond, rien d’étonnant, car il s’agit d’approcher de ce mystère unique, qui nous dépasse, du Fils de Dieu venu nous sauver. Face au tombeau vide, la première réaction de Marie-Madeleine est ainsi de penser qu’on a enlevé son Seigneur. Seul Jean, qui s’était approché au plus près de la Croix, peut appréhender cette nouvelle réalité : le Christ est ressuscité, il est vraiment ressuscité !
L’évangile de saint Luc commence par l’annonce d’un ange à la Vierge Marie ; « et le Verbe s’est fait chair ». Il se termine par la présence de deux anges qui annoncent la Résurrection aux femmes venues au tombeau. Seule la foi leur a permis à chaque fois d’entrer dans ce mystère annoncé.
Accueillons nous aussi avec foi cette bonne nouvelle de la Résurrection du Christ que notre Mère l’Eglise nous transmet génération après génération : le Christ est mort et ressuscité par amour pour nous, il veut nous donner part à sa Vie.
C’est en côtoyant fidèlement le Christ, quotidiennement dans la prière, dimanche après dimanche à la messe, que nous pourrons nous laisser éclairer par ce mystère de notre Rédemption. Chacun des disciples a dû vivre une conversion : s’ils ont commencé par avoir peur et fuir, par la foi, ils sont passés de la crainte à l’amour, de la fuite à la rencontre, du mutisme au témoignage. Que notre foi au Christ Ressuscité nous transforme intérieurement, jusqu’à notre transformation finale, à l’image de son Corps glorieux.

Père Régis Evain
Curé modérateur du Pôle Missionnaire