« Leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître »
Article mis en ligne le 2 mai 2020

« Leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître »

Deux disciples marchent tristement sur le chemin d’Emmaüs. Ces hommes qui vont vers Emmaüs évoquent les souvenirs qu’ils ont vécus avec Jésus et surtout sa crucifixion ! Ils sont désespérés ! "Ça fait le troisième jour qui passe," disent-ils. Comme ce scandale est trop lourd pour eux, ces jours ont été très longs, une longue épreuve. Ayant perdu leur espérance terrestre d’un Messie pour Israël, ils s’en retournent maintenant à leurs champs et à leurs affaires.

Mais le mystérieux étranger qui se joint à eux va complètement changer le cours de leurs pensées. « De quoi causiez-vous donc, tout en marchant, » dit l’inconnu qui marche avec eux. "Comment ! Tu ne sais pas disent-ils tout tristes !" Jésus de Nazareth a été cloué au bois ! Cet homme juste en qui nous avions mis notre espérance ! Nous croyions vraiment que c’était lui qui allait sauver Israël. Après ce qui s’est passé, notre espérance est finie. Les disciples sont dans une grande souffrance.
L’homme qui chemine avec eux prend soin de les écouter, il a de l’espérance au cœur. Quand ils ont fini de parler, ils commencent à retrouver une petite espérance. Sa présence empêche l’angoisse de la nuit toute proche.
Il commence par s’étonner de leur manque d’intelligence et de leur incrédulité. Ce sont deux choses qui vont souvent ensemble. Que de fois notre ignorance vient de ce que nous ne croyons pas ! Jésus ouvre les Écritures à ces deux compagnons de route, et leur y fait découvrir « les choses qui le concernent ». Ne l’oublions jamais, la clé de l’Ancien Testament, et spécialement des prophéties, consiste à y chercher Jésus.
C’est vrai disent-ils, nous avons été bouleversés par quelques femmes qui sont allées au tombeau ! Il était ouvert, mais lui, Jésus, elles ne l’ont pas vu. On dit même que les apôtres ont été voir et qu’ils ont trouvé les choses comme les femmes l’ont dit.
Alors Jésus prend la parole : « Vous n’avez donc pas compris ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes, et Il leur expliqua, dans toutes les Écritures… ce qui le concernait. »
« … Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin. » Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux. Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards. (Lc 24, 28-31)
Jésus se laisse retenir par ceux qui ont besoin de Lui : Il entre pour rester avec ces deux disciples. La victoire de l’amour agit désormais dans leurs vies ! Nous sommes aussi vainqueurs par son Amour qui nous sauve. Jésus est venu en faisant le bien ; Il a fait parler les muets ; Il a fait voir les aveugles ; Il a ressuscité Lazare, et on l’a mis sur la croix ! Mais il a été remis debout ! Il est ressuscité et la mort est vaincue, la haine est dépassée. Dieu, dans son amour est victorieux.

Puissions-nous faire aussi cette expérience ! En particulier lorsque nous sommes découragés et que les circonstances ont tourné autrement que ce que nous espérions. Nous apprenons dans la présence de Jésus à les accepter telles qu’elles sont. « La consolation des Écritures » peut diriger nos pensées vers un Sauveur vivant qui fait brûler notre cœur. A la suite des disciples d’Emmaüs, nous reconnaissons Jésus dans la fraction du pain. Désormais Jésus est ressuscité dans nos cœurs.
Père Marcel Nsai SANGUV