Bandeau
Paroisse Combs-la-Ville
Slogan du site

Site de la paroisse catholique de Combs-la-Ville

Jésus Serviteur au Lavement des pieds nous révèle l’amour du Père
Article mis en ligne le 19 janvier 2019
logo imprimer

Pour écouter

Cliquer sur l’icône

Jésus Serviteur au Lavement des pieds nous révèle l’amour du Père

Chers frères,
pour approfondir notre connaissance du Christ, je vous invite à contempler aujourd’hui Jésus lors du lavement des pieds de ses apôtres, tel qu’il est raconté par Saint Jean au chapitre 13 de son évangile. Jésus s’est fait serviteur pour laver leurs pieds et purifier aussi leurs âmes de leurs péchés.
Jésus nous montre ainsi l’être profond de Dieu. Il nous révèle aussi tout le sens de sa passion et de sa résurrection. Il nous dévoile l’amour fou de Dieu pour chacun de nous.

Ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, il les aima jusqu’au bout : c’est l’amour de Dieu pour les hommes pécheurs, qui se sont faits eux-mêmes ennemis de Dieu. C’est un amour inconditionnel pour l’homme pécheur. A vue humaine, c’est une pure folie. Dieu nous a aimé jusqu’à l’extrême, jusqu’au plus bas de notre chute.
Dieu n’est pas lointain, Dieu n’est pas trop grand pour s’abaisser jusqu’au pied des hommes. Au contraire, parce qu’il est grand, parce qu’il est trop grand, il ne craint pas de s’abaisser jusqu’à sauver l’âme de l’homme pécheur. Dieu s’intéresse à notre âme pécheresse qui est une grande chose pour lui. Dieu descend et lave l’homme pour que l’homme puisse prendre place à la table de Dieu, ce que nous faisons chaque fois que nous communions.

Plus tard, tu comprendras, dit Jésus à Pierre.
Dans le lavement des pieds, il y a un grand mystère, il y a une nouveauté radicale. Il s’agit de nous habituer peu à peu aux mœurs de Dieu qui nous surprennent toujours. C’est choquant pour nous les disciples, car c’est impensable de la part du Maître, du Chef. C’est comme ça qu’on aime, chez moi, semble nous répondre le Christ.

Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi.
Avoir les pieds lavés par Jésus est indispensable pour avoir part avec Jésus. Dieu veut nous faire communier à sa vie divine, et parce que nous n’en sommes pas dignes, c’est Lui qui prend l’initiative de s’abaisser pour nous toucher, nous laver et nous rendre dignes de Lui. Acceptons d’avoir les pieds lavés par Jésus même si nous ne comprenons pas tout. Ne négligeons pas d’examiner notre conscience avant d’aller communier, et s’il le faut, allons nous confesser au préalable.

Jésus lui-même a eu les pieds touchés et lavés par des femmes, au moins deux fois. La première fois en Luc au chapitre 7 par la femme pécheresse qui a pleuré sur ses pieds, les a essuyés avec ses cheveux et les a baisés avant de les oindre de parfum lors du repas chez Simon le pharisien. Une autre fois en Jean 12, à Béthanie, c’est Marie qui après la résurrection de son frère Lazare vient oindre les pieds de Jésus avec un parfum de grand prix et les essuie avec ses cheveux. Jésus a été touché et ému par ces gestes d’humilité et d’amour. Il a laissé faire et il a même défendu ces femmes contre l’incompréhension de Simon le pharisien ou la jalousie de Judas. Ces deux gestes ont eu un retentissement profond dans le cœur humain du Christ par la délicatesse de leur amour. C’est avec cette même profondeur délicate qu’a jailli ce geste de Jésus pour ses apôtres. Jésus veut témoigner de la même délicatesse à chacun d’entre nous.

Pour accomplir ce geste, Jésus a déposé ses vêtements du jour, il s’est mis en tunique avant de ceindre un linge de travail. Jésus a enlevé son vêtement extérieur, qui donne sa fonction et son rang social, et s’est mis dans le vêtement d’intérieur, en signe de familiarité. Jésus se dépouille de son vêtement en annonce du don de sa vie. Jésus cache sa gloire divine et revêt la tenue du serviteur en empruntant une voie d’humilité, de petitesse et de service.

En lavant les pieds des disciples, Jésus les a touchés dans leur corps une dernière fois avant sa mort. Quand on touche ou on embrasse quelqu’un pour la dernière fois, on y met tout son cœur, tout son être.
La prochaine fois qu’il les touchera, ce sera le soir de Pâques, à la résurrection : Touchez-moi, je ne suis pas un fantôme !

Jésus utilise de l’eau, nécessaire à la vie, utile aussi pour laver et purifier. En les lavant dans leur corps, il les lave aussi dans leur cœur, il les pardonne ; au point que Pierre, d’abord réticent, une fois qu’il aura compris, demandera à être lavé tout entier : Pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête !

Jésus lave leurs pieds. Le pied est souvent dans le langage symbole de l’autorité ou de la dureté : baiser les pieds de quelqu’un ou mettre le pied sur quelqu’un. Jésus lave ainsi les abus d’autorité, les désirs de pouvoir ou de grandeur qui sont les nôtres.
Jésus ne se met pas à genoux devant des hommes qui en seraient dignes, mais il leur pardonne en les lavant par en bas, comme un serviteur. Il nous dévoile ainsi l’être profond de Dieu. Quand Jésus dit en Luc 22, 27 : Moi, je suis au milieu de vous comme celui qui sert, il s’agit du nom divin : Moi, Je suis. Etre serviteur est un Nom de Dieu, une traduction très forte de son être profond. Dieu est amour, Dieu est Don de soi qui va jusqu’à l’abaissement du lavement des pieds.

De façon très impressionnante, c’est lorsque l’amour se manifeste avec le plus de force que satan entre en Judas, qui refuse d’accueillir l’amour de Jésus qui s’abaisse pour lui. Judas ne peut pas supporter ce Messie qui s’abaisse et qui souffre. L’amour du Seigneur ne connait pas de limites, mais l’homme peut mettre une limite à cet amour par son orgueil, en se fermant à cet amour. La manifestation la plus bouleversante de l’amour de Dieu oblige à se déterminer, à faire un choix. Le vieillard Siméon l’avait prophétisé à la Vierge Marie en Luc 2 : Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre.

C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous.
C’est la seule fois dans l’Évangile où Jésus se donne en exemple. Le lavement des pieds est bien le résumé de tout l’Évangile. Il nous fait toucher à nous aussi de façon bouleversante l’être profond de Dieu qui est amour et qui s’abaisse à notre service. Il nous invite à nous purifier mutuellement en nous pardonnant mutuellement. Il donne un style radicalement nouveau à l’exercice de l’autorité.

Pistes de réflexion : Aviez-vous déja vu Jésus sous cet angle ?

  • Comprenez vous pourquoi Saint Jean dans son évangile a remplacé le récit de l’institution de l’Eucharistie par ce récit du lavement des pieds ?
  • Qu’est-ce que cela implique concrètement comme style de vie chrétienne ?



puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce
2019 © Paroisse Combs-la-Ville - Tous droits réservés
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL-V3
Version : 4.0.99