« Du désert à la montagne ! »
Article mis en ligne le 28 février 2021
dernière modification le 6 mars 2021

« Du désert à la montagne ! »

Après avoir suivi Jésus au désert, nous le contemplons ce dimanche sur une haute montagne.
Si le désert est le lieu de la solitude, de la mortification des sens, de l’écoute, la montagne se présente comme celui de la rencontre, de l’éblouissement des sens, de la révélation. Le désert nous apparait ainsi comme un lieu de préparation pour entrer dans la contemplation.
Jésus conduit trois disciples à ce sommet, pour les faire entrer dans l’intimité du mystère divin. Alors qu’il est transfiguré, parce qu’il laisse la gloire de sa divinité rejaillir sur son humanité, survint une nuée.

Cette nuée, c’est l’obscurité qui enveloppe le mystère infini et transcendant de Dieu. Ici-bas, nous ne pouvons vivre en présence de Dieu que dans l’obscurité de la foi. Cette nuée ne vient donc pas d’un manque de lumière, mais d’une surabondance de lumière. Quand on regarde le soleil en face, nos yeux sont éblouis par la puissance de la lumière. Les disciples ici s’approchent de Dieu qui se communique dans son mystère, et en même temps, cela les aveugle. Plus les choses de Dieu sont sublimes et claires, plus pour nous elles deviennent cachées et obscures. De cette nuée, le Père Éternel nous indique le chemin qui mène à lui : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! »

Que nos efforts de carême convergent vers cette écoute du Fils de Dieu. Que la qualité de notre écoute nous permette, comme saint Jean, de nous approcher de la Croix puis de la Résurrection, plutôt que d’être tenté comme saint Pierre de vouloir prendre à certains moments un autre chemin… Cherchons aussi, par cette écoute, à découvrir ce que le Christ nous demande de lui offrir en ce moment, afin de mourir à nous-mêmes pour mieux vivre de sa vie.
Le chemin que le Christ nous invite à prendre pour rejoindre son Père n’est pas souvent celui que nous prendrions en premier, alors soyons attentifs à sa Parole pour mieux le suivre…

Père Régis Evain, curé modérateur du Pôle Missionnaire