Homélie du 6ème dimanche de Pâques
Article mis en ligne le 17 mai 2020
dernière modification le 16 mai 2020

Chers frères et sœurs dans le Seigneur,

c’est bien pour nous tous que Jésus parlait il y a deux mille ans à ses apôtres au soir du Jeudi Saint :

Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : c’est l’Esprit de Vérité.
En ce jour-là, vous reconnaitrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous.
Celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui.
Oui, si nous sommes venus à cette messe, c’est bien parce que
nous connaissons déjà l’Esprit Saint, parce qu’il demeure auprès de nous, et qu’il est en nous.

Depuis notre baptême, nous avons été remplis de l’Esprit saint qui nous donne de croire aux paroles du Christ : Moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde.

Et l’Esprit Saint nous console du départ apparent de Jésus qui est monté vers son Père.
L’Esprit nous fait croire, au-delà du ressenti psychologique,
que le Dieu Trinité nous aime tellement qu’il veut habiter en nous et nous faire habiter en Lui.

Et Jésus insiste : Celui qui m’aime, moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui.
Ce cadeau est si grand qu’il en devient presque un obstacle pour certains :
quand le Seigneur se manifeste au fond de notre âme, lorsque nous commençons à comprendre ce qu’il nous dit et ce qu’il attend de nous, on peut être légitimement effrayé :
comment cela est-il possible ? Est-ce que Dieu peut m’aimer à ce point-là ? Comment cela se fait-il que beaucoup autour de moi ne semblent pas l’entendre et profiter de son amour ? Pourquoi moi ?

N’ayons pas peur !

Parce qu’il n’y a pas d’autre réponse à ces questions que celle-là :

Jésus m’a aimé, et il a donné sa vie pour moi,
alors même que j’étais encore loin de lui et que je ne le connaissais pas.
Cet amour de Jésus pour moi, qui suis-je pour l’empêcher ?

Même si je peux toujours le refuser, ou faire semblant de ne pas le voir,
en fait je découvre que mon véritable bonheur est de répondre de plus en plus à cet amour.

Enfin, pour goûter toujours mieux cet amour, et le partager à mes frères,
j’aurai sans cesse besoin du soutien de l’Esprit Saint.

C’est le cadeau merveilleux reçu dans le sacrement de Confirmation
qui est si bien décrit dans la 1ère lecture tirée des Actes des Apôtres.

Le diacre Philippe a évangélisé et baptisé en Samarie, mais cela est resté insuffisant.
L’Esprit n’était encore descendu sur aucun d’entre eux : ils étaient seulement baptisés au nom du Seigneur Jésus.
La première communauté chrétienne de Jérusalem envoie alors deux apôtres, deux évêques, Pierre & Jean,
pour que les Samaritains reçoivent aussi l’Esprit Saint par l’imposition de leurs mains.

À leur arrivée, Pierre et Jean prièrent pour ces Samaritains afin qu’ils reçoivent l’Esprit Saint.
Alors leur imposèrent les mains, et ils reçurent l’Esprit Saint.

Pour nous aujourd’hui, c’est le sacrement de la Confirmation qui est notre Pentecôte personnelle.
Oui, l’Esprit Saint, déjà reçu au baptême des enfants fait de nous des fils et des filles bien-aimés de Dieu.
Mais il faut encore ce don spécial de la Confirmation pour faire de nous des adultes dans la foi,
capable de témoigner et de partager notre foi aux autres.
La confirmation nous rend capable de nous tourner vers les autres et d’en être responsable dans l’amour.

Pour faire une analogie avec la vie physique :

baptême - naissance ; confirmation - croissance et passage à l’âge adulte.

Mais qui est-il, que nous puissions désirer plus fortement sa venue ?

Jésus nous dit dans l’évangile :

Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous :
c’est l’Esprit de Vérité.

Un autre Défenseur ! : Jésus est le premier défenseur de ses apôtres, de ses disciples, de chacun de nous.
Et l’Esprit Saint nous garantit que Jésus tient sa promesse de rester toujours avec nous.
défenseur :

  • Pierre : à qui irions-nous ? tu as les parole de la vie éternelle
  • Jeudi St : Père, j’ai gardé dans ton amour ceux que tu m’as donné, et aucun d’eux ne s’est perdu ! Vous êtes dans la main du Père et personne ne peut rien arracher de sa main.
  • Lors de l’arrestation : Qui cherchez-vous ? Jésus de Nazareth . Me voici ! mais ceux-ci laissez-les partir !
  • Jésus & E St nous libèrent du péché et de la séparation éternelle d’avec Dieu.


l’Esprit de Vérité
 : qui vous guidera vers la vérité tout entière, qui vous rappellera toutes mes paroles.

Oui, il y a une Vérité ultime que tout homme recherche, et qui peut être atteinte avec l’aide de Dieu, car c’est Vérité, c’est Dieu.
* La pleine vérité sur Dieu qui est Amour
* la pleine vérité sur nous même : puisque l’homme est à l’image de Dieu, l’homme ne peut pleinement se trouver que dans le don désintéressé de lui-même qui le fait vivre de la vie même de Dieu.
* la pleine vérité sur le monde qui nous entoure, marqué par le péché et l’injustice, mais appelé à se rapprocher du projet divin par la collaboration de l’homme.

Comment reconnaître l’action de l’Esprit Saint ?

  • l’Esprit Saint agit à la fois de l’extérieur et de l’intérieur : Dieu nous parle de façon humaine, intelligible, à travers les événements concrets, mais c’est en même temps un témoignage intérieur, qui se comprend dans le silence et la prière.
  • exemple du Psalmiste : psaume 65 : il voit l’œuvre de Dieu dans les événements historiques : il changea la mer en terre ferme ; ils passèrent le fleuve à pied sec. Et aussi dans son action dans les cœurs et dans les âmes : Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu : Je vous dirai ce qu’il a fait pour mon âme !

Don Pierre-Alphonse FRAMENT, curé de Combs-la-Ville