« Sortir de nos enclos ! »
Article mis en ligne le 3 mai 2020
dernière modification le 9 mai 2020

« Sortir de nos enclos ! »
En tant que catholiques pratiquants, nous sommes tous très impatients de retrouver la liberté de nous rassembler en Église. Nous avons une soif intense de nous abreuver ensemble à la source vive du Christ par la célébration des sacrements de la foi.
Et voici que nous devrons attendre désormais jusqu’au 2 juin !
Dans une même communion de foi, nous devrons encore vivre les célébrations jusqu’à la Pentecôte via internet (n’oublions pas d’ailleurs d’aider nos frères et sœurs sans réseaux sociaux).

Nos évêques avaient pourtant bien préparé ce retour des fidèles, en soulignant que « la dimension spirituelle et religieuse de l’être humain contribue à la paix des cœurs, à la force dans l’épreuve, à la fraternité entre les personnes, et à toute la vie sociale ». Tout en précisant que « la liberté de culte est un élément constitutif de la vie démocratique ».
Si nous éprouvons de la déception, de l’exaspération voir du désespoir face à l’épreuve du confinement qui s’allonge, laissons-nous éclairer par l’évangile de ce dimanche.

Pour beaucoup, nous avons fondé ou restauré chez nous des églises domestiques. Jésus nous rappelle dans la parabole de l’Evangile que « les brebis écoutent sa voix. ». Dans l’organisation de nos journées, la vie de prière et la méditation de la parole de Dieu au quotidien sont donc essentielles. Si ce n’est pas le cas, sachons prendre le temps de prier tous les jours en famille, de lire et méditer l’Évangile du dimanche, de le partager entre nous. L’enjeu est capital : « Moi, je suis venu pour que les brebis aient la vie, la vie en abondance. »
Résistons à l’usure de l’enfermement actuel par notre foi au Ressuscité de Pâques qui a tout vaincu. En invoquant souvent le nom de Jésus et en écoutant sa voix nous enseigner intérieurement, nous pourrons retrouver la liberté d’entrer et de sortir de nos enclos, en attendant de retrouver bientôt les verts pâturages de nos vies paroissiales ! « Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre en passant par moi,
il sera sauvé ; il pourra entrer ; il pourra sortir et trouver un pâturage ».

Don Martin-Jacques