Assemblée générale mars 2015

Dans l’évangélisation, comment relier l’Eglise au Seigneur Jésus ?

Article mis en ligne le 30 janvier 2020

Assemblée Générale des cellules

Dans l’évangélisation, comment relier l’Eglise au Seigneur Jésus ?

Position du problème :
Dans l’évangélisation qui est notre objectif, le Seigneur permet que nous rencontrions souvent des hommes et des femmes qui ont déjà faim de Dieu, dont les cœurs ont déjà pu être saisis par le Christ.
Mais si Jésus nous a bien préparé le travail, il nous en a quand même laissé un peu.
Il nous fait rencontrer des personnes et il nous les conduit pour que nous les accueillions dans sa famille, dans son troupeau qui est l’Eglise.
Nous sommes parfois émerveillés de ce que la grâce a pu faire dans des cœurs,
et pourtant … il reste encore des difficultés.
Nous sommes quelquefois confrontés à des réticences, voire des blocages face à l’Eglise.
En gros, ils disent : Jésus oui ! Mais l’Eglise, non ! Ou sinon, pourquoi faire ?
Cela est vrai de plusieurs catégories de personnes :

  • d’abord des catholiques non pratiquants
  • ensuite des chrétiens non catholiques, en particuliers des protestants évangéliques fortement incités à se méfier de l’Eglise de Rome, considérée comme la prostituée de l’Apocalypse,
  • ou alors encore des protestants qui changent d’église comme de chemise au gré de leurs déménagements ou bien de l’ambiance plus ou moins sympathique qu’ils ressentent ici ou là.
    A Combs, j’ai bien identifié déjà 5 ou 6 familles non catholiques qui apparaissent régulièrement à la messe parce qu’ils s’y trouvent bien. Dans leur tête, l’Eglise catholique est une église parmi d’autres, et si momentanément et localement on s’y trouve bien, autant en profiter au passage : c’est le nouveau nomadisme ecclésial !
  • c’est vrai encore des témoins de Jéhovah qui ne sont pas des chrétiens, et aussi de tous les non-chrétiens : en effet, la déséducation exercée par l’Education nationale s’attaque tout particulièrement à l’Eglise catholique présentée historiquement comme le bastion de l’obscurantisme.
  • Enfin, il faut bien être honnête, même parmi nous, nous pouvons avoir une certaine méfiance face à l’Eglise, ressentie comme une institution qui ferait écran à Jésus.

Mon intervention ce soir a pour but de nous inviter à contempler le mystère de l’Eglise telle que Jésus l’a voulue et instituée, afin que nous soyons capables de rendre compte de espérance qui est en nous face à ceux qui nous le demandent.

1ère idée :
Quand quelqu’un nous interroge sur l’Eglise, même de façon aggressive, dites-vous toujours qu’il s’agit d’un cadeau de l’Esprit-Saint qui pousse cette personne à s’interroger, et qui est en même temps disponible pour vous inspirer la réponse qu’il convient ici et maintenant.
Néanmoins, il est certain aussi que l’Esprit-Saint pourra agir d’autant plus efficacement à travers nos réponses et notre témoignage que nous aurons pris le temps de nous former et d’avoir des idées claires sur le sujet.

l’Idée phare : l’Eglise est inséparable du Christ … tout simplement parce qu’il l’a voulu ainsi !

- Sainte Jeanne d’Arc au cours de son procès : Il m’est avis que le Christ et l’Eglise, c’est tout un !

Mgr Bossuet, évêque de Meaux de 1681 à 1704 : l’Eglise, c’est Jésus répandu et communiqué !

Le Concile Vatican II, clos en 1965, décrit l’Eglise

  • comme le sacrement du Christ,
  • comme le Corps mystique du Christ,
  • comme l’épouse du Christ.

Cohérence de la foi chrétienne, de l’acte de foi :
Mon Dieu, je crois fermement toutes les vérités que vous nous avez révélées et que vous nous enseignez par votre Eglise, parce que vous ne pouvez ni vous tromper, ni nous tromper.

  • toutes les vérités :
    La foi chrétienne ne peut être qu’intègre, intégrale.
    Exclure de mon adhésion une part de ce que Dieu me révèle de lui-même, c’est le rejeter !
    ex du mariage : je n’épouse pas 80% de la personne, mais la personne toute entière !
    En rejeter ne serait-ce qu’1 %, c’est rejeter toute la personne !
    Rejeter une part de la vérité révélée, c’est faire un tri, un choix dans ce que Dieu me dit de lui-même, c’est l’hérésie (du grec ‘je choisis’).
  • par votre Eglise : c’est toute la question de la révélation divine : double composante :
    l’Ecriture et la Tradition
    L’Ecriture est garantie par celui qui la transmet : l’Eglise : cf le canon des Ecritures :
    • les protestants (Luther meurt en 1546 ) ont évacué le Livre de Tobie, le Livre de Daniel ou au moins les passages qui les gênent, la lettre de Saint Jacques, ...
      idée-clé de Luther et du protestantisme : la révélation ne comprend que l’Ecriture seule, sans la tradition.
      d’où l’explosion du protestantisme en une myriade de communautés chrétiennes qui naissent et disparaissent au gré de leurs pasteurs, qui sont de simples baptisés, et non des prêtres.
      Autant de variantes dans l’enseignement de la foi que d’enseignants. On parle pour les protestants de communautés ecclésiales, et non d’églises, car il leur manque l’apostolicité et la plupart des sacrements.

Or l’Eglise est ce qu’elle est par volonté expresse du Christ : voyons l’évangile !
● Dès le début de son ministère, Jésus se choisit douze apôtres parmi ses disciples :
Marc 3, 13-19 : Matthieu10, 1-4 ; Luc 6, 12-16 :
Jésus gravit la montagne, et il appela ceux qu’il voulait. Ils vinrent auprès de lui, et il en institua douze pour qu’ils soient avec lui et pour les envoyer proclamer la bonne nouvelle avec le pouvoir d’expulser les démons. Donc,il établit les douze : Pierre - c’est le nom qu’il donna à Simon-, ….
● Matthieu 16, 18-19 après la profession de foi de Pierre à Césarée de Philippe :
Jésus dit à Simon-Pierre : Je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre, je bâtirai mon Eglise ;
et la puissance de la mort ne l’emportera pas sur elle. Je te donnerai les clés du Royaume des cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux.
● Au soir de Pâques : Jean 20,22
Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : “Recevez l’Esprit Saint. A qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus.”
● Ascension : Matthieu 28,18
Allez dans le monde entier ! De tous les peuples, faites des disciples ; baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde.

● Saint Paul : Col, 1, 18 : Le Christ est aussi la tête du Corps, c’est à dire de l’Eglise.
Le Christ est la tête de l’Eglise, nous sommes son Corps.

Les 4 notes de l’Eglise : une, sainte, catholique et apostolique
Symbole de foi de Nicée en 325 : commun à tous les chrétiens
Je crois en l’Eglise, une, sainte, catholique et apostolique.

Profession de foi du pape Paul VI : 30 juin1968
Nous croyons à l’Église une, sainte, catholique et apostolique, édifiée par Jésus-Christ sur cette pierre qui est Pierre.
Elle est le corps mystique du Christ, à la fois société visible instituée avec des organes hiérarchiques et communauté spirituelle, l’Église terrestre ;
elle est le peuple de Dieu pérégrinant ici-bas et l’Église comblée des biens célestes ;
elle est le germe et les prémices du Royaume de Dieu, par lequel se continuent, au long de l’histoire humaine, l’œuvre et les douleurs de la Rédemption et qui aspire à son accomplissement parfait au-delà du temps dans la gloire.
Au cours du temps, le Seigneur Jésus forme son Église par les sacrements qui émanent de sa plénitude. C’est par eux qu’elle rend ses membres participants au mystère de la mort et de la résurrection du Christ, dans la grâce du Saint-Esprit qui lui donne vie et action.

Elle est donc sainte tout en comprenant en son sein des pécheurs, parce qu’elle n’a elle-même d’autre vie que celle de la grâce : c’est en vivant de sa vie que ses membres se sanctifient ; c’est en se soustrayant à sa vie qu’ils tombent dans les péchés et les désordres qui empêchent le rayonnement de sa sainteté. C’est pourquoi elle souffre et fait pénitence pour ses fautes, dont elle a le pouvoir de guérir ses enfants par le sang du Christ et le don de l’Esprit Saint. Héritière des divines promesses et fille d’Abraham selon l’Esprit, par cet Israël dont elle garde avec amour les Écritures et dont elle vénère les patriarches et les prophètes ;
fondée sur les apôtres et transmettant de siècle en siècle leur parole toujours vivante et leurs pouvoirs de pasteur dans le successeur de Pierre et les évêques en communion avec lui ;
perpétuellement assistée par le Saint-Esprit, elle a charge de garder, enseigner, expliquer et répandre la vérité que Dieu a révélée d’une manière encore voilée par les prophètes et pleinement par le Seigneur Jésus.
Nous croyons tout ce qui est contenu dans la parole de Dieu, écrite ou transmise, et que l’Église propose à croire comme divinement révélé, soit par un jugement solennel, soit par le magistère ordinaire et universel.
Nous croyons à l’infaillibilité dont jouit le successeur de Pierre quand il enseigne ex cathedra comme pasteur et docteur de tous les fidèles, et dont est assuré aussi le corps des évêques lorsqu’il exerce avec lui le magistère suprême.

Nous croyons que l’Église, fondée par Jésus-Christ et pour laquelle il a prié, est indéfectiblement une dans la foi, le culte et le lien de la communion hiérarchique. Au sein de cette Église, la riche variété des rites liturgiques et la légitime diversité des patrimoines théologiques et spirituels et des disciplines particulières, loin de nuire à son unité, la manifestent davantage.
Reconnaissant aussi l’existence, en dehors de l’organisme de l’Église du Christ, de nombreux éléments de vérité et de sanctification qui lui appartiennent en propre et tendent à l’unité catholique, et croyant à l’action du Saint-Esprit qui suscite au cœur des disciples du Christ l’amour de cette unité, Nous avons l’espérance que les chrétiens qui ne sont pas encore dans la pleine communion de l’unique Église se réuniront un jour en un seul troupeau avec un seul pasteur.
Nous croyons que l’Église est nécessaire au salut, car le Christ qui est seul médiateur et voie de salut se rend présent pour nous dans son Corps qui est l’Église. Mais le dessein divin du salut embrasse tous les hommes ; et ceux qui, sans faute de leur part, ignorent l’Évangile du Christ et son Église mais cherchent Dieu sincèrement et, sous l’influence de la grâce, s’efforcent d’accomplir sa volonté reconnue par les injonctions de leur conscience, ceux-là, en un nombre que Dieu seul connaît, peuvent obtenir le salut.

Argumentaire pour nos frère pentecôtistes,
qui voient l’Eglise comme une parmi d’autres dans une constellation d’églises qui formerait l’unique Eglise de Jésus : Le Concile Vatican II explique que “ l’unique Eglise du Christ subsiste dans l’Eglise catholique”

Objections courantes :
Les richesses du Vatican
Je touche 954 € / mois …. Je suis prêt à publier mon certificat fiscal de non-imposition avec moins de 12 k€/an et je suis prêt à échanger ma feuille de traitement avec le premier qui accusera l’Eglise d’être riche. Les comptes du Vatican : transparents, publiés, juste à l’équilibre.
Le pape a un aumônier qui redistribue tous les cadeaux financiers qui lui ont été fait.
Les Croisades  :
oggi, où est le Charles de Gaulle, qui vont bombarder les rafales français ? Pourquoi ?
Pourquoi tous les jihadistes nous appellent-t-ils les croisés (Tchetchénie, Algérie, Maghreb,
Pourquoi les 21 martyrs coptes décapités au couteau il y a un mois en Lybie au bord de la mer étaient-ils habillés en orange ? Guantanamo : barbarie américaine, identifiée aux chrétiens.
Guerre contre la Lybie déclenchée par la France sans déclaration par le président Nicolas Sarkozy contre toutes les conditions morales de la guerre juste ….
Les prêtres pédophiles  :
statistiques du ministère de la Justice sur la pédophilie en France en l’an 2.000 :
pour une poignée de prêtres, 500 procès par an dont 150 concernent des personnels de l’Education nationale. L’Eglise est aujourd’hui l’institution la plus transparente sur le sujet, et la plus réactive, même si malheureusement un temps elle ne l’a pas été. La pédophilie touche aujourd’hui tous les milieux sociaux, toutes les professions et toutes les classes de la société.

Au-delà d’une connaissance intellectuelle de l’Eglise, tâchons d’aimer l’Eglise :
savoir détailler tout ce que vous avez reçu par l’Eglise
Aimer le Christ qui vit et agit en elle …