Bandeau
Paroisse Combs-la-Ville
Slogan du site

Site de la paroisse catholique de Combs-la-Ville

LA RESURRECTION DU CHRIST selon les lectures du Jeudi de Pâques
Article mis en ligne le 1er mai 2017
dernière modification le 11 juin 2017
logo imprimer

Pour écouter

Cliquer sur l’icône

LA RESURRECTION DU CHRIST selon les lectures du Jeudi de Pâques

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 24, 35-48)
En ce temps-là, les disciples qui rentraient d’Emmaüs racontaient aux onze Apôtres et à leurs compagnons ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain. Comme ils en parlaient encore, lui-même fut présent au milieu d’eux, et leur dit : « La paix soit avec vous ! » Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit. Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur ? Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os comme vous constatez que j’en ai. » Après cette parole,il leur montra ses mains et ses pieds. Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire, et restaient saisis d’étonnement. Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? » Ils lui présentèrent une part de poisson grillé qu’il prit et mangea devant eux. Puis il leur déclara : « Voici les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : “Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes.” Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures. Il leur dit : « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. À vous d’en être les témoins. »

Très chers frères et sœurs dans le Christ, Le Seigneur est ressuscité, il est vraiment ressuscité !

Avec les chrétiens du monde entier, en ce temps de Pâques, nous pouvons nous saluer ainsi entre chrétiens.
Mais comprenons-nous vraiment de quoi il s’agit lorsque nous proclamons la résurrection du Christ ?
Après être vraiment mort, le Seigneur Jésus se manifeste bien vivant en chair et en os. Jésus ressuscité n’est ni un fantôme, ni un zombie. Il n’est pas pas un pur esprit. Il a bien un corps d’homme, fait de chair et d’os, qu’on peut voir et toucher. C’est bien lui, le même homme qu’ils ont connu, et pourtant, il leur évoque des paroles qu’il leur a dites lorsqu’il était encore avec eux, indiquant par là maintenant un nouveau type de présence qui diffère en partie d’avant…
Ce qui est sûr, c’est qu’au soir de Pâques, le Seigneur Jésus se plait à apparaitre à ses disciples qui viennent de se retrouver et qui témoignent entre eux de sa résurrection. Nous aussi, une des manières les plus sûres d’expérimenter la résurrection du Christ est de nous retrouver entre croyants et d’échanger librement sur notre foi, sur les évènements concrets où nous avons discerné sa présence.
Si Jésus s’est montré directement pendant 40 jours après sa résurrection, il est vite reparti au ciel dans la gloire auprès de son Père, disparaissant à nos yeux, mais promettant au jour de l’Ascension de demeurer avec nous jusqu’à la fin du monde. Le Catéchisme de l’Eglise Catholique développe cela au n° 645 (L’état de l’humanité ressuscitée du Christ) :
645. Jésus ressuscité établit avec ses disciples des rapports directs, à travers le toucher et le partage du repas . Il les invite par là à reconnaître qu’il n’est pas un esprit mais surtout à constater que le corps ressuscité avec lequel il se présente à eux est le même qui a été martyrisé et crucifié puisqu’il porte encore les traces de sa passion. Ce corps authentique et réel possède pourtant en même temps les propriétés nouvelles d’un corps glorieux : il n’est plus situé dans l’espace et le temps, mais peut se rendre présent à sa guise où et quand il veut car son humanité ne peut plus être retenue sur terre et n’appartient plus qu’au domaine divin du Père. Pour cette raison aussi Jésus ressuscité est souverainement libre d’apparaître comme il veut : sous l’apparence d’un jardinier ou " sous d’autres traits " que ceux qui étaient familiers aux disciples, et cela pour susciter leur foi.
646. La Résurrection du Christ ne fut pas un retour à la vie terrestre, comme ce fut le cas pour les résurrections qu’il avait accomplies avant Pâques : la fille de Jaïre, le jeune de Naïm, Lazare. Ces faits étaient des événements miraculeux, mais les personnes miraculées retrouvaient, par le pouvoir de Jésus, une vie terrestre " ordinaire ". A un certain moment, ils mourront de nouveau. La Résurrection du Christ est essentiellement différente. Dans son corps ressuscité, il passe de l’état de mort à une autre vie au-delà du temps et de l’espace. Le corps de Jésus est, dans la Résurrection, rempli de la puissance du Saint-Esprit ; il participe à la vie divine dans l’état de sa gloire, si bien que S. Paul peut dire du Christ qu’il est " l’homme céleste ".

De tout cela, je veux réfléchir sur quelques conséquences concrètes pour nous.
1. Nous profitons exactement de la même réalité que les protagonistes de l’évangile il ya 2.000 ans. La liturgie en particulier est le moyen souverain pour s’unir et participer réellement à ces mêmes rencontres mystérieuses avec le Ressuscité. Mais il n’y a pas que la liturgie. Chaque fois que 2 ou 3 sont réunis en mon nom, je suis là présent au milieu d’eux ! A chaque réunion de cellule, nous sommes bien réunis au nom du Christ, nous nous entretenons de nos expériences de foi, et le Seigneur ressuscité est présent au milieu de nous, de façon invisible pour les yeux, mais tout aussi réelle grâce à notre foi.
2. “Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes.” Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures.
Nous constatons que saint Luc utilise deux fois cette même formule à quelques versets d’écart. Jésus emploie la même pédagogie avec les deux disciples d’Emmaüs et avec tous les disciples réunis autour des apôtres à Jérusalem. Selon une tradition dans l’Eglise, saint luc serait lui-même l’autre disciple d’Emmaüs compagnon de Cléophas. Il a donc bien compris, par deux fois, comment Jésus s’y prenait. Si dans un premier temps, nous pouvons regretter profondément que Luc ne nous ait pas retranscrit les paroles mêmes de Jésus commentant les Ecritures, nous découvrons émerveillés en creusant cette question, qu’en fait, Luc n’avait pas besoin de le faire, puisque l’Eglise entière depuis 2.000 ans ne cesse d’ouvrir son intelligence à la lumière de l’Esprit Saint en relisant, méditant et commentant sans cesse ces mêmes Ecritures. L’enseignement de l’Eglise est une perpétuelle mise à jour de cette page merveilleuse d’évangile. Mais c’est toujours ensemble, dans la communion avec les apôtres, et aujourd’hui leurs successeurs les évêques, que nous pouvons profiter pleinement de cette relecture.
3. Surtout, je retiens la conclusion en trois points de l’explication même de Jésus :Il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. À vous d’en être les témoins. L’adhésion aux deux premiers points, - la mort et la resurrection du Christ -, fait de nous par la foi de vrais disciples de Jésus. mais le troisième point nous fait aussi indissolublement missionnaires. Nous sommes des disciples-missionnaires. Croire en la résurrection du Christ entraine inévitablement le devoir de proclamer au monde entier la conversion au nom de Jésus pour le pardon des péchés. Se convertir au nom de Jésus signifie exactement adhérer à la personne vivante de Jésus ressuscité. Dans la langue hébraïque, le nom n’est pas une étiquette, mais désigne la réalité profonde de l’être. C’est seulement l’établissement d’une relation profonde et vivante d’amitié avec le Christ qui entraine de soi la purification des péchés. Notre cellule sera une cellule d’évangélisation dans la mesure où nous serons capable de témoigner très simplement de la qualité des relations que nous avons avec le Seigneur Jésus. Je suis missionnaire si je suis capable d’attribuer une qualité humaine que j’ai pu observer chez Lui dans sa façon de me traiter. Que pouvez-vous me dire de Jésus ? Que pouvez-vous me dire de ce que vous avez vécu concrètement dans vos rapports avec Lui ( et non pas ce que vous avez lu dans des livres, aussi beaux soient-ils ! )
4. Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire, et restaient saisis d’étonnement.
Les deux caractéristiques du croyant qui expérimente la résurrection de Jésus, ce sont la joie et la stupeur :
la joie profonde d’être en présence permanente du Christ, et la stupeur,
l’émerveillement toujours renouvelé de son action et de son amour toujours à l’oeuvre dans nos vies.

Notre vie chrétienne et missionnaire dépend donc étroitement de la qualité de notre foi en la résurrection.
Pas de panique si vous vous sentez encore un peu léger dans ce domaine !
Il vous reste un peu moins de 50 jours pour vous acclimater à vivre constamment en présence de Jésus ressuscité et sous son regard. Ce regard, ne le sentez-vous pas se poser sur vous en ce moment-même ?
Voyez-vous son sourire plein de délicatesse quand il vous regarde ?




puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce
2018 © Paroisse Combs-la-Ville - Tous droits réservés
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL-V3
Version : 4.0.99