La nécessité d’Evangéliser
Article mis en ligne le 10 février 2020
La nécessité d évangéliser

Très chers frères et sœurs,
Il est important pour nous, membres des cellules, d’avoir des idées justes sur l’évangélisation.

La culture ambiante, la mentalité contemporaine porte au-dessus de tout la notion de liberté. Et toute proposition dans le domaine religieux est suspectée a priori de prosélytisme. La question religieuse est enfermée dans le domaine strictement personnel et privé, et il est quasiment interdit d’en parler en public. Or cette mentalité est fausse, et blesse la vraie liberté de l’homme.

En effet, la liberté est étroitement liée à la vérité. Pour s’exercer pleinement, la liberté doit connaitre la vérité afin de pouvoir la mettre en œuvre. La liberté suppose un minimum de connaissance de la vérité.
Dans le domaine scientifique, et dans tous les domaines autres que religieux, tout le monde trouve naturel de communiquer avec ses proches pour rechercher la vérité et marcher toujours plus vers la lumière. La connaissance de la vérité se nourrit des échanges entre les hommes et de la recherche commune sincère de cette vérité. On parle à juste raison de la liberté de penser, de la liberté de conscience, qui est à la fois le droit et le devoir de rechercher la vérité et d’y tendre de toutes ses forces.

Alors pourquoi le domaine religieux serait-il exclu de cette recherche passionnée de la vérité ? L’idéologie derrière cette mentalité laïque anti-religieuse, est qu’il n’existe pas de vérité dans le domaine religieux en particulier, ni même de vérité en général.
C’est un a priori non démontré, c’est en fait le dogme de la religion anti-religieuse.

Au contraire, nous les chrétiens, nous pensons que la soif de vérité est commune à tout homme sans exception, et qu’il est nécessaire à chacun de pouvoir chercher la réponse aux questions fondamentales de l’existence en échangeant avec ceux qui l’entourent.
La liberté religieuse est inséparable de la liberté de conscience et de tous les autres domaines de la liberté humaine.
La liberté de recherche et d’échange sur la religion est constitutive et fondamentale de la dignité humaine.

Et historiquement, tous les systèmes de pensées qui ont nié la liberté religieuse ou qui l’ont enfermé dans la sphère privée se sont toujours retournés contre la dignité de l’homme, dans des déformations terribles et sanglantes..

De plus, pour nous chrétiens, le plus bel acte humain que nous souhaitons à ceux avec qui nous sommes en dialogue, c’est l’acte de foi, qui est un accueil profondément libre de Dieu qui se révèle.
Toute forme de pression ou de manipulation serait par essence contre-productif, contraire même à ce que nous désirons pour nos interlocuteurs. Notre démarche d’évangélisation est profondément juste et bonne, et nous n’avons pas à en rougir.

Au-delà de ces raisons humaines, la raison la plus profonde de notre évangélisation,
c’est que Jésus lui-même nous y invite tout au long de l’évangile.

A la synagogue de Nazareth, Jésus s’applique à lui-même la prophétie d’Isaïe  :”L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter le Bonne Nouvelle aux pauvres.” (Luc, 4, 18 ; cf. Isaïe 61, 1)
Le Seigneur donne ce témoignage de lui-même : “Je dois annoncer la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu” (Luc, 4, 43).
Jésus lui-même, Évangile de Dieu, a été le tout premier et le plus grand évangélisateur.

Et avant de remonter auprès de son Père, à l’Ascension, Jésus transmet sa mission, sa présence et sa force à son Église qui est à son tour évangélisatrice : Allez proclamer la Bonne nouvelle, faites des disciples de tous les peuples, apprenez leur à garder les commandements et baptisez-les ! Nous sommes le peuple acquis par Dieu afin d’annoncer ses merveilles (1 Pierre, 2,9). Saint Paul exprime ainsi cette conscience qui remplit les chrétiens dès l’origine : “Pour moi, évangéliser n’est pas un titre de gloire, c’est une obligation. Malheur à moi si je n’évangélise pas !” (1 Corinthiens, 9,16)

Par volonté expresse du Christ, la tâche d’évangéliser tous les hommes constitue la mission essentielle de l’Eglise.
Elle existe pour prêcher et enseigner, être le canal du don de la grâce, réconcilier les pécheurs avec Dieu, perpétuer le sacrifice du Christ à la messe. Il y a donc un lien profond entre le Christ, l’Eglise et l’évangélisation.
Nous ne pourrons vraiment développer notre amour personnel du Christ
que dans la mesure où nous nous passionnerons pour l’évangélisation.

Pistes de réflexion :

  • Avez-vous déjà expérimenté que parler de votre foi avec d’autres la renforce ?
  • Vous êtes vous rendu compte de la mentalité profondément laïque dans laquelle nous baignons ?
  • Percevez-vous le contre-sens de la culture laïque face à la liberté de rechercher la vérité dans le domaine religieux ?