"On ne nait pas chrétien, on le devient" !
Article mis en ligne le 22 mai 2022
dernière modification le 31 mai 2022

"On ne nait pas chrétien, on le devient" (Tertullien)

Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole. Et mon père l’aimera. Et nous viendrons vers lui. Et nous ferons chez lui notre demeure.
"Si quelqu’un m’aime...". L’amour dilate notre cœur et nous rend réceptif à la présence de Dieu. Mais cette ouverture ne peut être que progressive. Le Père et le Fils viennent progressivement en nous, à mesure que leur amour agissant nous tourne vers eux, à mesure que l’Esprit Saint nous façonne à leur ressemblance.
L’Esprit-Saint que le Père a envoyé en mon nom, vous enseignera tout.
Nous ne devenons pas chrétiens en un instant, car nous ne sommes pas des anges. Le choix libre des anges à aimer et servir Dieu s’est fait dans l’instant. Le nôtre se fait dans l’histoire. Notre histoire personnelle est une suite de recommencements, d’approfondissements successifs et laborieux, car nous sommes indissociablement spirituels et charnels. Et gare à celui qui fait l’ange, puisque, selon le mot connu de Pascal, celui "qui fait l’ange fait la bête." La vie chrétienne est une course de fond. C’est lentement et pas-à-pas que l’on apprend à être disciple de l’Esprit-Saint.
Si quelqu’un m’aime. La nourriture de cette croissance, c’est l’amour. Et "l’amour prend patience". "L’amour est longanime".
Si quelqu’un m’aime. Le Seigneur parle comme si cela n’allait pas de soi. Et en effet, cela ne va pas de soi. Aimer ne se réduit pas au sentiment des débuts. C’est une détermination libre, un choix de vie persévérant, avec la grâce de Dieu. Le choix souvent renouvelé d’une direction de cœur. C’est cette persévérance qui ouvre notre cœur : Et mon Père l’aimera, et nous viendrons vers lui, et nous ferons chez lui notre demeure.
Demandons au Seigneur cette grâce de persévérance, maintenant, et de la persévérance finale à l’heure de notre mort.

Don Philippe de Nortbécourt, prêtre