« Heureux les invités au repas du Seigneur ! »
Article mis en ligne le 11 octobre 2020
dernière modification le 18 octobre 2020

« Heureux les invités au repas du Seigneur ! »

« Venez au repas de noce » ! Les noces de la parabole renvoient bien sûr à celles du Fils de Dieu. Jésus est l’époux venu établir une alliance avec les hommes. Il est réellement époux car il unit en Lui la nature divine et la nature humaine. Mais Il est plus spécialement l’époux de l’Eglise, car il s’est livré pour elle : « Vous, les hommes, aimez votre femme à l’exemple du Christ : il a aimé l’Église, il s’est livré lui-même pour elle, afin de la rendre sainte en la purifiant par le bain de l’eau baptismale. » (Ep 5, 25-26).
Les premiers invités, le peuple de la 1ère alliance, ayant rejeté cette invitation, ce sont désormais tous les hommes que le Père invite à prendre part au repas des noces. Nos célébrations eucharistiques, ouvertes à tous, font résonner aujourd’hui encore cette invitation.
Nous pouvons être surpris par la deuxième partie de la parabole qui indique ensuite que les invités peuvent néanmoins être mis dehors s’ils n’ont pas le vêtement de noce.
Il n’y a pourtant pas là de contradiction, mais bien l’affirmation que cette invitation large doit conduire à une relation personnelle. Si Dieu ouvre ses bras à tout homme, il pose son regard sur chacun pour entrer dans un dialogue personnel. La communion doit conduire à l’union !
La communion eucharistique, souvent perçue pour les enfants comme une simple étape de leur vie chrétienne, reste le sommet de notre vie sacramentelle et spirituelle. Le baptême et les autres sacrements nous permettent eux de revêtir le vêtement de noce, celui de la grâce, de cette dignité dont Dieu seul peut nous revêtir, pour avoir part à sa vie.
Chaque communion à la messe vient ainsi anticiper et préparer cette magnifique invitation de l’ange dans l’Apocalypse que nous entendrons en quittant cette terre : « Heureux les invités au repas des noces de l’Agneau ! » (Ap 19,9).

Père Régis Evain, curé modérateur du Pôle Missionnaire

Curé in solidum