Témoigner de la résurrection en témoignant de la vérité contre l’injustice
Article mis en ligne le 19 avril 2021

Pour écouter

Cliquer sur l’icône

Témoigner de la résurrection en témoignant de la vérité contre l’injustice

L’évangile de saint Luc du 3ème dimanche de Pâques (année B) relie étroitement 3 réalités :
-  La réalité physique, charnelle, de la résurrection du Christ,
-  Notre propre conversion,
-  Notre mission de témoigner de la résurrection en témoignant de la vérité contre l’injustice.

Dans l’Évangile, Jésus lui-même ouvre l’intelligence de ses disciples à la compréhension des Écritures, et Jésus conclut son explication :
Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, que la conversion serait proclamée en son nom pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. A vous d’en être les témoins !

Dans la première lecture, Pierre reprend le même discours face aux juifs dans le Temple de Jérusalem : Vous avez tué le prince de la vie, lui que Dieu a ressuscité d’entre les morts. Mais Dieu a ainsi accompli ce qu’il avait annoncé d’avance par la bouche de tous les prophètes : que le Christ son Messie, souffrirait. Convertissez-vous donc et tournez-vous vers Dieu pour que vos péchés soient effacés.

Ce qu’ont fait Jésus et Pierre, nous devons le revivre à notre tour : Le mystère de Pâques comprend donc de façon indissociable notre conversion et notre participation à son annonce.
Le mystère de Pâques, c’est la victoire sur le péché par la conversion.
Cela exige de notre part deux choses indissociables :

  • notre propre changement de vie, pour la mettre en cohérence avec ce que nous croyons.
  • - notre intervention permanente pour aider nos frères à vivre la libération de l’esclavage du péché en agissant simultanément à deux niveaux :
    ● l’annonce explicite de l’amour de Dieu offert aux hommes en Jésus
    ● la lutte contre toutes les structures de péché qui rendent esclaves nos frères.

1ere manière de témoigner de la résurrection
En en parlant entre nous comme les apôtres au soir de Pâques : Comme ils parlaient encore du fait que certains d’entre eux avaient rencontré Jésus en chair et en os, lui-même était là au milieu d’eux.
Parlons de notre foi entre nous, retrouvons-nous à deux familles ou en groupe à taille modeste pour échanger sur notre foi.

Nous pouvons témoigner de la résurrection en faisant pour tous ceux qui nous entourent une relecture des évènements à la lumière de la Parole de Dieu, comme Saint Pierre le fait pour les Juifs dans la première lecture. Comme Saint Pierre, nous avons à mettre en relief que Dieu réalise son plan d’amour en faisant tout concourir à notre salut, y compris le péché des hommes. Clairement, Dieu n’a en rien voulu le mal commis par les hommes, mais il est suffisamment grand pour utiliser ce mal et le submerger sous le bien qu’il peut en tirer. Tout ce qui est rapporté dans la Bible sur Jésus doit pouvoir un jour être transposé dans ma propre existence, ou dans la vie de ceux qui m’entourent.

2ème manière de témoigner de la résurrection
La mort et la résurrection de Jésus doivent se traduire concrètement par la mission des chrétiens : contribuer à libérer leurs frères du péché et de ses conséquences.
La première chose, qui est toujours à la portée de tout le monde, c’est de ne jamais avoir peur de dénoncer le mal. La vérité vous rendra libres , dit Jésus.
C’est ce que fait saint Pierre en dénonçant l’injustice dans le Temple de Jérusalem  :
Le Dieu de nos pères a glorifié son serviteur Jésus, alors que vous, vous l’aviez livré,
vous l’aviez renié en présence de Pilate qui était décidé à le relâcher.
Vous avez renié le Saint et le Juste, et vous avez demandé qu’on vous accorde la grâce d’un meurtrier.
Vous avez tué le Prince de la vie, lui que Dieu a ressuscité d’entre les morts, nous en sommes témoins.

La crise actuelle met au grand jour l’Himalaya de mensonges et d’injustices sur lequel est bâti notre société.
Trop souvent, nous nous battons farouchement sur des problèmes réels, mais très secondaires, et nous oublions les injustices les plus lourdes.
Alors formons-nous, informons-nous sérieusement, pour avoir une vision globale, juste et équilibrée des problèmes de notre temps.
Mettons-nous en petits groupes et en réseaux pour réparer les injustices et panser par une charité concrète les blessures de toutes sortes de ceux qui nous entourent.

Ainsi chacun de nous aura à prendre sa part pour affronter les conséquences du péché, et grandir dans l’amour au service des frères. Et ainsi, chacun sera à l’origine d’une véritable résurrection.
Là où la mort semble vaincre, Jésus va faire ressurgir la vie en abondance.