« Entre dans la joie de ton Seigneur ! »
Article mis en ligne le 15 novembre 2020
dernière modification le 22 novembre 2020

« Entre dans la joie de ton Seigneur »

Le temps d’épreuve que nous vivons actuellement fait poser à beaucoup la question de l’avenir de l’humanité, et pour certains chrétiens d’une venue prochaine du Christ dans la gloire.
Les lectures des derniers dimanches du temps ordinaire nous éclairent sur cette attente. St Paul nous rappelle ce dimanche qu’au sujet de la venue du Seigneur : « il n’est pas nécessaire qu’on vous parle de délais ou de dates ». Ce qui importe réellement, ce n’est pas de savoir quand le Seigneur viendra, mais de savoir si nous serons prêts à l’accueillir. Nous sommes invités à une vigilance active et confiante et non à une inquiétude peureuse et paralysante.
L’évangile met en lumière les qualités du serviteur fidèle. Le maître qui part en voyage (image du Christ qui s’éloigne des siens pour aller vers son Père) confie ses biens à trois serviteurs, chacun recevant des talents selon ses capacités. Seuls les deux premiers ont fait fructifier leurs talents en se mettant tout de suite au travail. Le troisième n’a rien fait car il vivait l’attente de son retour dans l’inquiétude et la crainte : « J’ai eu peur, et je suis allé enfouir ton talent dans la terre. » La peur et le manque de confiance (sans oublier la paresse !) ont rompu la relation d’amour initiée par le maître.
Parmi les grâces que nous avons reçues, tout particulièrement au moment du baptême, il y a l’espérance. Nous aurons à rendre compte au Seigneur de notre foi en sa présence à nos côtés dans ce temps d’épreuve, et du témoignage que nous en portons devant les hommes.
Chacun a reçu d’autres talents, qu’il s’agisse de qualités humaines ou de charismes (que nous cherchons actuellement à comprendre et discerner dans notre démarche de Pôle). Sans doute nous faudrait-il chercher à mieux les identifier, non pour en tirer orgueil mais pour mieux travailler à la venue du Royaume.
En toute chose, il nous faudrait vivre constamment de cette parole de Mère Térésa : « Donne tes mains pour servir et ton cœur pour aimer ».

Père Régis Evain, curé modérateur du Pôle Missionnaire