La vie intérieure_1

Formation à l’accompagnement spirituel

Article mis en ligne le 10 novembre 2020
dernière modification le 13 novembre 2020

La vie intérieure

Chers amis,
le but de cette conférence est de mettre à la portée du plus grand nombre les éléments de base de la vie spirituelle.

Je vais d’abord essayer de vous aider à mettre des mots, des noms sur votre ressenti psychologique, votre expérience intérieure, pour que vous puissiez faire le lien entre ce ressenti intérieur et les réalités spirituelles.
Puis, nous poserons quelques préalables et quelques principes de base
pour comprendre ce que Dieu fait en nous afin d’y correspondre au mieux.

Pour commencer, je vous propose un exercice pratique de prière
qui devrait nous aider à rentrer dans cette conférence. Nous allons prier ensemble le psaume 29.

Des mots pour le dire

Importance d’avoir des mots pour parler des expériences de la vie spirituelle.
Afin de repérer la réalité qu’ils désignent dans notre propre expérience intérieure,
pourquoi ne pas nous servir du langage biblique ?

PSAUME 29

02 Je t’exalte, Seigneur : tu m’as relevé, tu m’épargnes les rires de l’ennemi.
03 Quand j’ai crié vers toi, Seigneur, mon Dieu, tu m’as guéri ; *
04 Seigneur, tu m’as fait remonter de l’abîme et revivre quand je descendais à la fosse.
05 Fêtez le Seigneur, vous, ses fidèles, rendez grâce en rappelant son nom très saint.
06 Sa colère ne dure qu’un instant, sa bonté, toute la vie ; *
avec le soir, viennent les larmes, mais au matin, les cris de joie.
07 Dans mon bonheur, je disais : Rien, jamais, ne m’ébranlera !
08 Dans ta bonté, Seigneur, tu m’avais fortifié sur ma puissante montagne ; *
pourtant, tu m’as caché ta face et je fus épouvanté.
09 Et j’ai crié vers toi, Seigneur, j’ai supplié mon Dieu :
10 « A quoi te servirait mon sang si je descendais dans la tombe ? *
La poussière peut-elle te rendre grâce et proclamer ta fidélité ?
11 « Écoute, Seigneur, pitié pour moi ! Seigneur, viens à mon aide ! »
12 Tu as changé mon deuil en une danse, mes habits funèbres en parure de joie.
13 Que mon cœur ne se taise pas, qu’il soit en fête pour toi, *
et que sans fin, Seigneur, mon Dieu, je te rende grâce !

* l’auteur inspiré décrit ce que fait l’homme et ce que fait Dieu vv 2-4
Je t’exalte / tu m’as relevé
Quand j’ai crié vers toi / tu m’as guéri
quand je descendais à la fosse / tu m’as fait remonter de l’abîme et revivre.

La vie intérieure n’est donc pas le fruit de nos seuls efforts,
mais la résultante d’au moins deux protagonistes : Dieu et moi !

* au v 5 Fêtez le Seigneur, vous, ses fidèles, rendez grâce en rappelant son nom très saint
le psalmiste fait jaillir sa louange et son action de grâce,
c’est à dire il rend à Dieu ce qui vient de Lui, il évite de mettre la main sur les dons de Dieu,
de se les attribuer, de voler ce qui appartient à Dieu seul.

* au verset 6, l aborde la question des rythmes de la vie spirituelle v 6
Sa colère ne dure qu’un instant, sa bonté, toute la vie ;
avec le soir, viennent les larmes, mais au matin, les cris de joie

Il est donc normal de connaitre des alternances de joie et d’épreuves dans notre vie d’amitié avec Dieu !
Conclusion : ne disons jamais que Dieu nous a oubliés quand nous sommes dans l’épreuve !

* Il connait la tentation de posséder le bonheur, de se croire établi sur terre dans le bonheur
au v 7 : Dans mon bonheur, je disais : Rien, jamais, ne m’ébranlera !

* Il reconnait que ce bonheur vient de Dieu v 8
Dans ta bonté, Seigneur, tu m’avais fortifié sur ma puissante montagne ;
pourtant, tu m’as caché ta face, et je fus épouvanté.

* Il découvre les passages d’un état à un autre, sans qu’on sache toujours bien pourquoi ou comment.
Tout à coup, on est ailleurs, autrement, par grâce, même si la réalité demeure la même v 12
Tu as changé mon deuil en une danse, mes habits funèbres en parure de joie.

La rumination de ce psaume permet d’évoquer des situations concrètes de ma propre vie.
cela m’aide à les raconter, à les recueillir, à repérer les consolations et les désolations.

Je vous invite ce soir à écrire vous-même votre propre psaume
pour garder mémoire de votre propre aventure avec Dieu.
Cela deviendra pour vous un repère précieux en d’autres circonstances.

Préalables pour parler de la vie intérieure

La vie intérieure est intérieure ….

- avoir une vie intérieure, une vie de prière, une vie personnelle de relation à Dieu !

- suppose baptême, confirmation, prière quotidienne, messe hebdomadaire, confession régulière.

- suppose la prière personnelle ( et pas seulement communautaire) avec diverses composantes :
* Il faut commencer par écouter Dieu : c’est la lecture attentive, amoureuse, de la Parole de Dieu.
* Il faut ensuite répondre à Dieu, lui parler : c’est l’oraison  :
commerce intime d’amitié, souvent, seul à seul avec le Seigneur Jésus dont on se sait aimé.
* Il faut réfléchir et confronter souvent notre existence concrète avec ce que nous connaissons déjà de Dieu. Il faut faire la relecture de sa vie, son examen de conscience, pour se rendre compte que Jésus agit et parle, même si on comprend mal….

* Il est important aussi de faire vérifier et confirmer ce que nous croyons comprendre de Dieu : c’est toute l’importance de l’accompagnement spirituel. Il faut chercher à se faire accompagner par une personne prudente, formée à la doctrine spirituelle, d’expérience.

Un peu de doctrine spirituelle…

Point de départ :
Il est important de percevoir qu’il existe en moi deux sources extérieures de pensées et de sentiments qui influent sur ma liberté : Dieu et l’esprit du mal.
Il nous faut une délicate attention à l’Esprit Saint
et une lucidité face aux tentations qui paralysent et corrompent les élans les plus généreux.

Il y a donc trois catégories de pensée qui traversent mon champ de conscience :
1 les pensées naturelles qui viennent de moi-même, provoquées par toutes les sollicitations extérieures et les mouvements d’humeur liés à mon corps.
2 Les bonnes pensées inspirées par l’Esprit de Dieu pour me guider, m’éclairer et me fortifier sur le chemin du bien.
3 Les mauvaises pensées, même sous apparence de bien, soufflées par le tentateur pour me détourner sur le chemin du mal.

Beaucoup pensent qu’il n’y a en eux que la première catégorie de pensées qui agite leur champ de conscience. C’est une vision incomplète.
Il est important de savoir discerner entre ces trois types de pensée pour comprendre ce qui se passe dans notre vie intérieure.

Mais plus profondément encore, au-delà du discernement des esprits bon et mauvais,
il importe de découvrir le projet de Dieu sur moi, de savoir discerner cette action,
de reconnaitre en quel sens elle s’exerce, de s’offrir à ses impulsions.

Le but est donc de vouloir vivre uniquement afin que Dieu se serve de moi pour l’avènement de son Royaume : cf principe et fondement des Exercices Spirituels de St Ignace : l’homme a été créé par Dieu pour le connaitre, le servir, l’aimer, et par ce moyen sauver son âme.

Les trois temps de l’expérience spirituelle d’Ignace : sentir, discerner, être confirmé
* sentir intérieurement,
* discerner le sens,
* chercher la confirmation.

Avant donc de parler du discernement des esprits, il faut d’abord l’avoir ressenti.
C’est ce que nous verrons la prochaine fois.